Toujours les mêmes qui paient! Et la croissance, qu’en fait-on?

Derrière la hausse généralisée des impôts engagée par le gouvernement actuel se trouve l’idée de faire supporter la réduction de la dette publique par les ménages et surtout les classes moyennes (dont on sait qu’elles ont les moyens?????), surtout en cette période de crise majeure. Une façon de faire supporter les erreurs de gestion politique et l’incroyable prédominance de l’Etat providence.

Quelle erreur ; Et nous en paierons les conséquences longtemps.

En revanche, réduire la dette par une vraie réduction des dépenses publiques, surtout pas car ça pourrait déplaire aux sympathisants et lancer une vraie réforme fiscale (pas démagogique) au service de l’économie, des entreprises et donc des ménages, encore moins. Et pourtant, Nicolas SARKOZY avait engagé courageusement cette réforme compliquée, soutenue par le MEDEF qui avait proposé une méthode claire selon trois scénarios possibles que je rappelle :

  • Scénario 1 : transfert de 5 points de cotisation (environ 30 milliards d’euros)

Baisse de 3,5 points des cotisations patronales

Baisse de 1,5 point des cotisations salariales

La CSG augmente de 0,75 point.

Pour la TVA, le taux normal passe de 19,6% à 22%, le taux intermédiaire passe de 7 à 10, le taux réduit de 5,5 à 7, et le taux super-réduit de 2,1 à 4.

  •  Scénario 2 : transfert de 8 points de cotisation (environ 50 milliards d’euros)

Baisse de 5,4 points des cotisations patronales

Baisse de 2,6 points des cotisations salariales

La CSG augmente de 1,2 point.

Pour la TVA, le taux normal passe de 19,6% à 23%, le taux intermédiaire passe de 7 à 12, le taux réduit de 5,5 à 10, et le taux super-réduit de 2,1 à 5.

  •  Scénario 3 : transfert de 12 points de cotisation (environ 70 milliards d’euros)

Baisse de 7,5 points des cotisations patronales

Baisse de 2,6 points des cotisations salariales

La CSG augmente de 1,2 point.

Pour la TVA, le taux normal passe de 19,6% à 23%, le taux intermédiaire passe de 7 à 12, le taux réduit de 5,5 à 10, et le taux super-réduit de 2,1 à 5.

Evidemment, le travail ne s’arrête pas là car c’est une réforme lourde et bien entendu, c’est dans les détails que nous pouvons trouver à y redire et notamment dans ce que les entreprises en feront pour retrouver de l’espace pour réduire les coûts de production et investir et pour confirmer l’impact positif sur le pouvoir d’achat des ménages par un véritable transfert sur les prix.

Mais l’action serait lancée et c’est en tout cas une orientation évidente pour redonner à nos PME et PMI le moyen d’exprimer leurs incroyables compétences et leur permettre de récupérer le rang qu’elles n’auraient jamais du quitter : celui de l’excellence, seul moyen d’améliorer cette compétitivité dont a tant besoin notre pays.

Notre croissance ne repartira qu’à la condition de cesser d’assister la population, de lui redonner l’espace de liberté dans lequel elle pourra s’exprimer et où chacun pourra donner la pleine mesure de ses compétences. L’être humain est doté de compétences infinies bien supérieures à celles de l’Etat et de ceux qui le gère. Valorisons-le mais ça n’est pas donné à tout le monde……

Alors, en avant, réformons dans le fonds la fiscalité pour qu’elle soit au service de notre économie, cessons les dépenses inutiles mise au service de la démagogie et qui aggravent la dette que nos enfants devront payer, montrons à l’Europe ainsi qu’au Monde que la France est très riche de compétences et en mesure dans le concert mondial où la révolution des modèles sociaux est en pleine effervescence, de jouer un rôle majeur.

Cette entrée a été publiée dans Billets d'Humeur, colères, Politique and taguée , , , . Placez un signet sur le permalien.

One Response to Toujours les mêmes qui paient! Et la croissance, qu’en fait-on?

  1. Shahed dit :

    dit :CRISE, CRISE, JUSQU’A QUAND ?Sur Biarritz Magazine d’octobre 2008, j’etais l’auteur d’un article intitulé : ab Monopoly bb et dont ci-apres les termes, voir aussi le blog : www. BiarritzACoeur.com-ab Dans cette crise financiere nous dit-on, des milliers de milliards sont partis en fumee !Pourtant le taux de Co2 n’a point augmente au- dessus de Manhattan. A qui ferait-on croire que les logements acquis cherement par les familles du Middle-Ouest ne valent plus rien ?Les bourses mondiales degringolent de plus de 20 % en une semaine, et 50% depuis janvier.La verite est que certains s’enrichissent, jouant à la baisse. Des systemes pervers tels que les Warrants permettent cela. Depuis 2000 on est passe d’une bulle technologique à une bulle immobiliere aux Etats-Unis, les banquiers dont Paulson se sont lances dans des prets hypohecaires à credits variables (subprimes) et en meme temps la Reserve Federale a monte ses taux de 2 à 5,75%, rendant ainsi insolvables beaucoup de menages. Puis les banquiers se sont vendus entre eux les cre9ances douteuses en les transformant en produits derives. A la bourse de Paris, le systeme d’achat à credit dit SRD, (ancien reglement mensuel), a ruine bon nombre de nos concitoyens et devrait etre corrige, en interdisant tout achat ou vente à credit sans bourse delier, c’est qui est le contraire d’une economie re9elle, de plus mal saine et dangereuse, etant entendu que ce sont toujours les plus modestes qui payent les pots casses bb.Ma derniere suggestion a ete comprise et appliquee par nos amis Allemands depuis plusieurs mois, mais en France l’actuelle majorite n’a pas encore saisi son importance.Galery GOURRET-HOUSSEIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*