L’ANNEE 2016 SERA-T-ELLE ENFIN L’ANNEE DU REVEIL DONT NOUS AVONS TANT BESOIN?

Bonne année 2016C’est le vœu le plus cher que je formule pour nous tous en ce début d’année

Effectivement, la question se pose, cruciale: Quand allez vous Mesdames et Messieurs les hiérarques des familles politiques, quand allons nous nous décider à entendre la clameur inquiète du peuple français ?

Nous parlerions d’Autisme que nous ne serions pas loin de la vérité

Car aujourd’hui, l’apathie nous aveugle ; le pays est en état d’urgence et beaucoup d’entre-nous répondent en deçà des appels de nos concitoyens ; ils restent prisonniers de leurs échéances personnelles et d’un système oligarchique qui a fait de la reproduction des élites une injure à notre démocratie représentative.

L’analyse, la réflexion, l’intérêt supérieur de la nation sont autant de concepts noyés dans les formules creuses et les postures d’une classe politique qui ne représente plus qu’elle-même. Les partis politiques censés permettre l’expression du suffrage se sont renfermés sur eux-mêmes, ne laissant apparaître que les intérêts personnels de leurs dirigeants et les comportements corporatistes de leurs membres, faisant mine d’écouter l’expression populaire et oubliant que la confiance se construit et s’acquiert en remontant du bas vers le haut.

Ils sont sourds à cette angoisse protéiforme qui semble aujourd’hui une particularité française, conséquence d’une crise collective existentielle lourde, sourde, identitaire, rejaillissant sur la psyché personnelle de chacun d’entre nous.

La France, l’une des plus vieilles nations du monde est terrifiée à la seule idée de son déclin, en constatant la guerre de tous contre tous qu’annonce la globalisation

Ils sont sourds à cette colère, celle d’un pays étreint par un sentiment d’abandon où l’insécurité économique, dont le chômage endémique est la manifestation la plus éclatante, s’allie à une insécurité culturelle qui voit notre mode de vie menacé par un radicalisme islamiste qui plonge notre pays dans le doute identitaire et la violence. Les français, bien malgré eux, réapprennent le tragique de l’histoire.

Nous sommes aujourd’hui à la veille d’une insurrection animée par le doute et l’abstention et corrélativement le vote aux extrêmes. Il s’agit à mon sens d’un soulèvement contre les pouvoirs autoproclamés, l’entre-soi ou ce qu’il est convenu désormais d’appeler : « La coalition des élites » où tous, politiques, médiatiques, économiques sont accusés d’indifférence totale au malheur français.

Et croire qu’à l’aune des résultats des élections régionales, une quelconque réponse ait pu être apportée, est une erreur magistrale.

Ce mélange des genres, inhérent aux systèmes décadents, fait perdre aux hommes politiques le lien avec les citoyens, le lien même avec ses propres électeurs.

Là où le politique devait préserver ce sentiment tenu d’appartenance à la nation, il s’est fourvoyé dans le cloaque des guerres intestines, des petits calculs égoïstes, révélant toujours plus la rupture du contrat social si cher à ROUSSEAU avec le peuple.

Là où la personnalisation des enjeux prime, où le temps électoral verse dans un tourbillon permanent, l’audace politique se perd, rejetant alors toutes ambitions collective qui s’inscriraient dans la durée et ne permettant plus les réformes d’ampleur dont notre pays a tant besoin.

Gardons-nous bien tout de même d’accuser tous les politiques car l’initiative a de plus en plus d mal à émerger dans un système des partis où les échéances électorales servent bien souvent à renforcer des baronnies locales ou des intérêts claniques.

Alors OUI, réveillons-nous sans quoi nous verrons sombrer notre peuple dans la défiance

Nous avons le devoir d’entendre cette demande qui transpire du vote du Front National, cette demande d’autorité, de courage, de constance, de cohérence et pour tout dire de dignité.

Bref, tout ce dont la politique est dépouillée depuis longtemps.

Il nous faut impérativement retrouver, et rapidement, nos fondamentaux

Cette autorité qui doit être attachée impérativement aux pouvoirs régaliens.

Cette liberté qui doit vivre et grandir dans le domaine économique. Tout concourt aujourd’hui à démontrer les effets bénéfiques de la Liberté économique sur la Croissance économique et sur le réduction de la pauvreté, seule façon de remettre la France sur le chemin de la compétitivité et de la diminution du chômage.

Cette protection des domaines sociaux et culturels, ce monde social où s’exprime et se développe la vie des hommes en société et ce monde culturel essentiel à la reconnaissance de la dignité humaine en ce qu’il englobe ces libertés importantes liées aux questions d’identités.

Mais nous avons aussi le devoir de nommer les choses pour mettre un terme à la dictature du politiquement correct. Le peuple, c’est-à-dire nous tous, avons besoin d’un nouvel horizon, d’un idéal, et pour tout dire de vérité ; j’oserais jusqu’à parler de foi républicaine en ces temps où des barbares à l’intérieur comme à l’extérieur se liguent contre nos valeurs. S’il s’agit de mettre des mots sur nos maux, c’est bien pour trouver des réponses ; Après le diagnostic, le remède.

Comme dit très justement François FILLON dans son livre « FAIRE »

« Le sang et les larmes c’est aujourd’hui pour les 6 millions de français qui sont au chômage, pour les travailleurs pauvres dont le nombre ne cesse d’augmenter, pour les retraités qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts après une vie de labeur, pour les 2 millions de jeunes français qui ne sont ni à l’école, ni en formation, ni au travail, pour les artisans qui ne parviennent pas à se verser un salaire en fin de mois, pour les agriculteurs qui bradent leur production tandis que s’enrichissent quelques distributeurs aux résultats insolents.

Contre le sang et les larmes, il choisit la liberté et la vérité. Contre les conservatismes qui nous étouffent, il choisit la liberté qui est le meilleur logiciel du progrès économique, technologique et social. Contre les marchands d’illusions, il choisit la vérité qui est la base d’une action politique saine et respectée. »

Assez de l’eau tiède

  • Osons démontrer, arguments à l’appui, l’inanité du programme économique du FN, de la sortie de l’€uro au retour à la retraite à 60 ans
  • Osons démontrer, arguments à l’appui, l’ampleur de la médiocrité de la gestion actuelle de notre pays
  • Osons dire que la colère, alimentée par le chômage, l’immigration et l’insécurité, l’est aussi par la paupérisation de la France périphérique, par le matraquage fiscal, par l’asphyxie des classes moyennes, par la faillite de l’école.
  • Osons reconnaître que cette colère est alimentée à droite par le ras le bol des assistés.
  • Osons reconnaître que cette colère est alimentée à gauche par le ressentiment des petits vers les gros.

A l’aube de cette nouvelle année, nos souhaits sont, peut-on le deviner, multiples face à la grandeur du défi mais notre feuille de route à tous doit être simple, les modèles simples étant les plus efficaces, n’en déplaise à nos technocrates.

  • Notre unique obsession y sera la France et non LE PEN
  • Notre unique considération y sera l’âme, la culture et l’identité de la France
  • Notre unique objectif y sera de remonter aux sources de la démocratie, c’est-à-dire d’entendre la voix du peuple et non des experts.

Bonne année à tous et fasse que l’intelligence française permette de redonner à notre pays ses vraies lettres de noblesse, en caractère d’or, au service de tous.

Belle et heureuse année 2016

Publié dans Billets d'Humeur, colères, Politique | Laisser un commentaire

Discours du 11 novembre 2015

indexComme tous les ans, le jour 11 du 11ème mois marque un rassemblement solennel plein de reconnaissance et de respect où puissant est le rappel du terrible destin qu’ont subi les peuples français, les peuples alliés et les autres peuples.

L’attentat de SARAJEVO fut l’événement qui conduira les deux camps de la triple-entente et des empires centraux à une guerre totale, faisant éclater les tensions entre les nations, exacerbées au fil des ans.

Quatre années furent alors le théâtre de sacrifices, de souffrances, mais aussi de courage et de détermination qui se soldèrent par un bilan inimaginable ; des millions de morts, des millions de blessés dans leur corps et dans leur tête furent alors à déplorer à la fin de cette guerre appelée en vain « la der des ders ».

Cette fin naîtra le 11 novembre 1918, dans la voiture n°2419D de la société des Wagons-lits, aménagée en bureau pour accueillir la signature des plénipotentiaires allemands acceptant les conditions d’armistice du Maréchal Foch.

Mais depuis, une puissance considérable se dégage des sacrifices de ce conflit et nous touche à travers les décennies qui nous en séparent.

Le lien est toujours aussi vif et si nous nous retrouvons ainsi tous les ans, c’est aussi pour signifier aux générations futures combien cette mémoire est essentielle. Elle l’est pour ceux qui ont subi ces horreurs, elle l’est pour tous ceux qui subissent aujourd’hui même, les mêmes horreurs et elle l’est pour que nous ne baissions jamais notre garde, prêts à protéger de la même manière notre liberté.

Des dates comme aujourd’hui sont des ponts qui, du passé, nous emmènent vers des valeurs que nous devons  faire nôtres, mais également des ponts vers l’avenir pour montrer à nos jeunes quelles sont les vraies valeurs.

Mais attention, car chaque jour, nous constatons dans le monde combien les valeurs que la démocratie véhicule et que nous soutenons, sont fragiles et subissent des attaques permanentes. L’actualité est là pour nous le rappeler et nous sommes sans cesse dans l’obligation de défendre nos droits et nos libertés.

L’acuité des propos de John Fitzgerald KENNEDY méritent en ces instants que nous nous en rappelions

« Ne nous reposons pas sur nos acquis, disait-il,  mais efforçons nous de construire la paix, de vouloir que la paix soit dans le cœur et dans l’esprit de chacun »

Je vous propose que nous respections une minute de silence afin de rendre hommage à tous ceux qui, soldats comme civils, ont fait le sacrifice de soi et ont fait preuve de la plus haute forme de générosité

Publié dans Cérémonies, Politique, Saint Germain lès Corbeil | Laisser un commentaire

Discours du 14 Juillet à saint Germain lès Corbeil

 

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs

Victor Hugo nous disait que de l’union des libertés dans la fraternité des peuples naîtra la sympathie des âmes, germe de cet immense avenir où commencera pour le genre humain la vie universelle et que l’on appellera la paix de l’Europe.
Notre pays a un rôle majeur à jouer dans cette Europe. L’actualité est là pour nous le rappeler en permanence. Continuer la lecture

Publié dans Saint Germain lès Corbeil | Laisser un commentaire

Les rythmes scolaires

La réforme des rythmes scolaires s’inscrit dans le dogme régulièrement souligné de l’uniformité où l’éducation doit être unique, normalisée et rigide. Pas de variétés, pas d’expérimentation car l’école à interdiction d’adapter son processus à la spécificité des élèves (une véritable insulte vis à vis des enseignants comme si leurs compétences ne devaient servir à rien).

C’est grave car c’est la liberté du système, seule capable de permettre une adaptation à tous les cas (N’y-a-t-il pas un cas par enfant à moins de vouloir faire un plagiat de « I Robot »……) qui est montrée du doigt, interdite. Or, tout le monde sait que dans un système coercitif et rigide, la satisfaction des uns se fait au détriment de celle des autres.

Un vrai paradoxe lorsque l’on entend le ministre de l’éducation, Vincent Peillon, dire que cette réforme est un excellent moyen de lutter contre les inégalités.

Cette réforme, parfaite négation de la liberté de chacun (Enseignants, Parents, Enfants et Elus locaux) est en outre une réforme non financée. L’absence d’activités gratuites qui devraient profiter au plus grand nombre d’enfants, de tous les milieux, va nécessairement accroître les inégalités, si elle se confirme. Et le gouvernement n’a pas donné de garanties financières malgré le déblocage de fonds par le Président de la République. La gratuité est un leurre car les collectivités territoriales ont toutes, des moyens différents.

Les familles pourraient donc bien avoir à payer ce nouveau temps périscolaire induit par la réforme Peillon, alors que la conjoncture économique reste particulièrement négative et que l’actuel gouvernement assomment les ménages d’impôts alors qu’il devrait s’astreindre à réduire rapidement et efficacement le déficit public. N’est ce pas d’ailleurs la décision prise par le Maire de Lyon, M. Collomb!!!

La situation est loin d’avoir trouver son mode de fonctionnement efficient.

La rentrée 2014 promet d’être tout sauf calme.

Publié dans Politique, Saint Germain lès Corbeil | Tagué | Laisser un commentaire

La remise à plat des impôts

La Remise à plat

Extraordinaire car en annonçant la remise à plat des impôts, l’exécutif et particulièrement le premier Ministre ( le Ministre des finances est bien silencieux dans l’histoire) laisse entendre qu’il a « enfin » compris les raisons de l’angoisse qui étreint la population dans cette période d’austérité sans précédents récents et les raisons qui affectent notre activité économique et qui démolissent l’image déjà bien terne de la France et de sa compétitivité. Jusqu’à se convaincre, aidé par une presse bienveillante, que la qualification pour le Mondial au Brésil va redonner le moral à la population, nous n’en sommes pas loin. C’est le double effet « Kiss cool ».

Mais a-t-il réellement saisi le fonds du problème ou plutôt veut-il l’accepter?

Deux raisons nous permettent d’en douter, …. Continuer la lecture

Publié dans Billets d'Humeur, Politique | Tagué , , | Laisser un commentaire

Référendum d’initiative partagée

Le Sénat vient d’adopter le référendum d’initiative partagée à l’unanimité.

Dans l’absolu, il peut paraître comme un bon principe pour une démocratie qui se respecte car contrairement aux référendums déclenchés à l’initiative des institutions, son fait générateur est une   pétition ayant recueilli les signatures d’un nombre donné d’électeurs en soutien d’un cinquième des  membres du parlement.

Faut-il pour autant s’ en réjouir et applaudir la nouvelle?

Tout dépend du contenu et c’est là que la situation se complique. La France se distingue nettement de ses partenaires, notamment européens et pas forcément en bien.

1-  L’initiative vient des parlementaires. Le citoyen électeur ne vient qu’en soutien – Est-ce pour cela que le mot Populaire a été remplacé par le mot partagée ?

2-  Le référendum doit être à l’initiative de 1/5 des parlementaires (925 parlementaires sur les    deux  chambres) donc 185 ; ce qui laisse peu d’espoir aux petits groupes.

3-  Le soutien doit être apporté par 1/10 des électeurs soit plus de 4 millions de personnes. Même si le recueil des voix favorables au référendum pourra se faire électroniquement, le nombre est tel que les six mois autorisés pour cette action risquent d’être insuffisants

De tels obstacles ont tendance à vous refroidir. Un dispositif qui risque manifestement de rester dans les livres et pas plus. C’est bien regrettable et ça laisse un sentiment d’inachevé où le dindon de la   farce est l’électeur. Vraiment dommage car par les temps qui courent, le politique a beaucoup à se faire pardonner pour récupérer une certaine forme de crédibilité.

 

Publié dans Billets d'Humeur, colères, Politique | Tagué , | Laisser un commentaire

Le droit de vote des étrangers – une réflexion obligatoire

 

Si l’histoire des Etats modernes va dans le sens d’un raffermissement du lien entre Nationalité et Citoyenneté, le défi de la construction d’un espace politique européen transcendant des Etats incapable de résoudre individuellement les crises sociales qui les traversent, amènent à repenser la légitimité de ce lien et à envisager d’autres alternatives quand au lieu d’identification des citoyens.

Or, à ce jour, la légitimité de ce lien n’a fait l’objet d’aucun débat d’ampleur qui permettrait d’envisager qu’elle puisse être remise en cause le plus démocratiquement possible.

Par conséquent, le corps électoral reste aujourd’hui limité par la Nationalité tel que le signifie la constitution et c’est très bien ainsi car afin de rendre les situations sociales des citoyens les plus convergentes, donc leur statut (citoyen) le plus homogène, la Nationalité apparaît alors comme indispensable pour que les citoyens intègrent l’idée qu’ils forment un tout, malgré ce que leur révèle leur quotidien.

Le droit de vote des étrangers est un sujet compliqué qui doit être traité avec sérieux et sans précipitation par respect vis-à-vis de l’ensemble des citoyens – c’est un sujet qui ne mérite pas d’être soumis à des manœuvres bassement politiciennes.

La précipitation prend alors l’allure d’un chemin du combattant car le droit de vote des étrangers passe obligatoirement par un changement de la constitution. Deux solutions s’offrent alors au gouvernement :

  • La voie du Congrès. Mais la nécessaire majorité des 3/5 est très loin d’être acquise.
  • La voie du Référendum ; en pleine crise économique et sociale et alors que ce dernier ne réunit pas une majorité de partisans, les français voteront probablement pour sanctionner le pouvoir en place et non pour répondre au sujet posé.

Pour autant, doit-on s’affranchir d’une vraie réflexion sur le sujet qui permet alors de donner son sentiment en son âme et conscience ? NON car au nom de la liberté et de la démocratie si chèrement défendues par nos ancêtres, c’est un devoir.

Au centre du débat s’inscrit le thème majeur de ce sujet.

Au nom de l’égalité, principe fondateur de la République, comment justifier que des personnes présentes sur le sol national, qui participent à la vie économique et sociale, et qui paient des impôts, ne participent pas à l’élection de ceux qui gèrent leur vie quotidienne. Au nom de quoi justifier leur exclusion de la pleine citoyenneté et la discrimination dont ils seraient ainsi les victimes ?

Les partisans du droit de vote des étrangers justifient leur position au nom de la réalité concrète de cette participation des étrangers à cette vie économique et sociale. Or, cet argumentaire n’est pas recevable car il se fonde sur une conception simple d’organisation de production et de redistribution des richesses, et oublie la conception d’une société politique, c’est-à-dire d’une communauté historique avec sa culture héritée, son projet et ses valeurs. Les partenaires de la société ne seraient alors plus unis par un contrat politique ; une façon de nier la distinction entre la vie économique et sociale à laquelle participent les étrangers et la société politique comme projet commun.

La distinction classique datant de l’Antiquité entre l’Ethnos, société concrète, forme d’organisation sociale antérieure à la Cité et le Demos, société politique consciente d’elle-même, s’efface alors.

En réalité, la participation des étrangers à la vie collective sans distinction fait partie de l’aspiration démocratique. Toutefois, si les étrangers ne souhaitent pas prendre la Nationalité française, c’est leur droit et il doit être respecté.

Donc sous réserve que l’application du droit de la Nationalité soit rigoureux au nom du respect de l’Etat de droit, la réticence que nous pouvons avoir devant le droit de vote des étrangers est entièrement légitime, au nom de la conception politique de la Nation.

La tradition républicaine nous enseigne qu’il faut accueillir ceux qui manifestent la volonté de devenir français mais qu’il faut aussi respecter le choix de ceux qui ne veulent pas.

  • Les premiers disposeront alors des pleins droits des citoyens.
  • Les autres disposeront toujours des mêmes droits civils, économiques et sociaux que les nationaux mais non du droit de voter et d’être élu.
Merci à Dominique Schnapper, sociologue et au forum Science Politique

 

Publié dans Politique | Tagué , , , | 1 commentaire

Le désordre à Saint Germain lès Corbeil

Nous aimerions être démentis quand nous disons qu’au-delà de nos divergences, le désordre paraît régner au sein de notre majorité municipale. Malheureusement, les indices s’accumulent, qui montrent qu’il y a des ordres apparents qui cachent les pires désordres.

L’évident conflit d’intérêt dans le dossier de l’ancien évêché où, dans le choix final du promoteur, la proximité du maire avec sa petite fille, responsable des programmes de l’entreprise, était un premier signe, alors même que nous nous interrogeons sur la rigueur de la procédure très stricte des appels d’offre.

Et maintenant, la Cour Régionale des Comptes qui s’intéresse de près aux comptes de la commune sur fond d’instruction judiciaire. Les mots circulent – « Irrégularités comptables et fiscales » – « Abus de biens sociaux », trop lourds pour que nous les fassions nôtres tant il est vrai que la présomption d’innocence est primordiale.

Et pour finir, une unité de la majorité que certains de ses membres fragilise ouvertement pendant le Conseil en s’inquiétant de l’urbanisation anarchique de notre commune. Une façon de dénoncer ce que nous disons depuis longtemps. Le maire n’a aucune politique censée et réfléchie d’urbanisation pour l’avenir de notre commune.

L’incompétence, une étiquette qui nous a si souvent été attribuée gratuitement. Aujourd’hui, les faits démontrent que l’incompétence n’est pas un mot qui qualifie des êtres mais des actions……

« Entre fond et forme, la forme n’est elle pas la compétence des incompétents? »

 

 

Publié dans colères, Politique, Saint Germain lès Corbeil | Laisser un commentaire

Toujours les mêmes qui paient! Et la croissance, qu’en fait-on?

Derrière la hausse généralisée des impôts engagée par le gouvernement actuel se trouve l’idée de faire supporter la réduction de la dette publique par les ménages et surtout les classes moyennes (dont on sait qu’elles ont les moyens?????), surtout en cette période de crise majeure. Une façon de faire supporter les erreurs de gestion politique et l’incroyable prédominance de l’Etat providence.

Quelle erreur ; Et nous en paierons les conséquences longtemps.

En revanche, réduire la dette par une vraie réduction des dépenses publiques, surtout pas car ça pourrait déplaire aux sympathisants et lancer une vraie réforme fiscale (pas démagogique) au service de l’économie, des entreprises et donc des ménages, encore moins. Et pourtant, Nicolas SARKOZY avait engagé courageusement cette réforme compliquée, soutenue par le MEDEF qui avait proposé une méthode claire selon trois scénarios possibles que je rappelle : Continuer la lecture

Publié dans Billets d'Humeur, colères, Politique | Tagué , , , | 1 commentaire

Bonjour tout le monde

Bienvenue sur mon blog.

Après une disparition inexpliquée, conséquence de lourds problèmes techniques, mon blog est de nouveau actif.

Je vais continuer à y exprimer mes idées et mes réflexions et c’est avec plaisir que je vous y accueillerai  pour y échanger.

A bientôt

Publié dans Divers | 1 commentaire