le 8 mai à Saint Germain lès Corbeil

8 mai'Cérémonie du 8 mai 2017

Mesdames et Messieurs les représentants des autorités civiles et militaires
Mesdames et Messieurs les représentants des associations d’anciens combattants
Mesdames et Messieurs les élus
Mesdames et Messieurs
chers amis

Hier, le peuple français au-delà de toutes considérations arithmétiques a élu son nouveau Président de la République, le 8ème de la Vème constitution.

Les citoyens français viennent donc de voter, viennent donc de s’exprimer, de faire leur devoir.

Un devoir !!!

Et pourtant, il s’agit d’un droit voire d’un privilège – car il s’agit bien là de libertés

  • La liberté de la parole
  • La liberté de voter
  • La liberté de vivre dans un pays démocratique
  • La liberté de vivre dans un monde en Paix si l’on en fait le choix

Mais les attentats subis par nos journalistes, symboles de la liberté d’expression, par notre population un jour de fête Nationale, par nos Policiers, symboles de la Sécurité Nationale ne sont–ils pas des atteintes à toutes ces libertés ?

Il est donc aujourd’hui vital que nous nous battions contre ces ignorances qui mènent droit aux ténèbres, contre ce qui s’oppose à la diffusion des lumières, des connaissances scientifiques, de l’instruction, du progrès, contre cet obscurantisme que tente de nous imposer le radicalisme islamiste.

Un combat d’ampleur car les menaces sont multiples, venant de tous les endroits de la planète où la liberté de l’être humain est agressée, violée ou anéantie.

Un jour comme aujourd’hui prend alors toute sa dimension. La mémoire ne doit en aucune manière s’affaiblir car elle est un bouclier d’une force incroyable.

Rappelons – nous
Le 8 mai 1945, à 23h01, au lendemain de la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie signée à Reims, la Seconde Guerre mondiale se terminait officiellement en Europe.

Le soulagement et la joie ont eu tout de même du mal à déborder sur le lourd bilan qui commençait alors à s’emparer des esprits.

Nous regardons de loin cette large blessure et nous avons du mal à imaginer quelle dure réalité, ces jours, ces années ont dû être pour tous les soldats, pour leurs familles. Nous avons toujours du mal à imaginer comment des hommes peuvent combattre et détruire d’autres hommes. Comment la guerre est-elle possible ? Et pourtant, elle était bien là…

Et tous ces soldats ont combattu pour la France, pour la protéger de l’envahisseur, pour la sauver des idées nazies et de la dictature.

Alors, depuis cette date, nous célébrons cet anniversaire pour nous rappeler que par-delà les frontières, les soldats ont fait preuve de solidarité, par-delà la peur les soldats sont venus combattre, par-delà leur humanité ils ont fait la guerre et parfois ils n’en sont pas revenus, physiquement ou moralement.

C’est justement parce qu’ils ont dû faire la guerre avec toutes les horreurs qu’elle véhicule que nous devons nous souvenir combien préserver la paix est notre devoir, combien la Paix est un bien précieux.

La paix est fragile et pourtant elle est aussi notre force. La liberté dont nous bénéficions doit être la garante de cette paix. Osons nous exprimer, osons dire à nos enfants la valeur de cette paix. Ils doivent savoir combien la paix a été gagnée au prix de grandes batailles et qu’elle demande encore aujourd’hui son lot de sacrifices.

Nietzsche disait que « Le futur appartient à celui qui a la plus longue mémoire. »

Alors entretenons notre mémoire individuelle ou collective, ensemble et rappelons-nous ce que disait le Philosophe Alain :

« Le bonheur n’est pas le fruit de la paix, le bonheur c’est la paix même. »

Alors, maintenant, je vous propose d’observer une minute de silence en pensant au courage de tous ces hommes et de toutes ces femmes qui ont permis et qui permettent à l’humanité de se défendre d’elle-même.
8 mai

Cette entrée a été publiée dans Cérémonies, Saint Germain lès Corbeil. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*